Club Presse

INTERVIEW EXCLUSIVE ET EXCEPTIONNELLE !!!!!!

Par Théo DUBOIS, publié le lundi 5 février 2018 13:07 - Mis à jour le mardi 3 avril 2018 13:18

 

Nous avons rencontré Voltaire à Paris près du Panthéon et nous avons eu une discussion intéressante avec lui...

 

 

 

  Voltaire par Quentin de La Tour  (Wikipédia)

 

 

 

 

 

- M. Voltaire, pouvez-vous vous présenter ?

- Alors, tout d’abord bonjour, mon vrai nom est François-Marie Arouet. Je suis né dans la capitale, le 21 novembre 1694. Mon père voulait que je sois notaire comme lui, mais j’ai préféré faire une carrière d’écrivain. J'ai fait ma scolarité avec des Jésuites ( collège tenu par des religieux ) puis à la faculté de droit de Paris.

- Pourquoi vous étiez connu ? Les enfants ne vous connaissent pas forcément...

- Moi j’étais connu tout simplement car j’ai dit et écrit des choses qu’il ne fallait pas faire à l’époque... Par mes livres, je voulais que les hommes pensent par eux-mêmes et qu'ils se révoltent contre ce qui leur semble injuste... Par exemple, le roi, avant, avait tous les pouvoirs et les hommes étaient obligés de l’aimer, ils ne pouvaient pas critiquer sa façon de diriger etc ; et moi j’ai voulu changer cela.  Je voulais que les hommes soient plus libres et qu’ils vivent ensemble quelle que soit leur religion.

- Pourquoi êtes-vous parti dans d’autres pays  ?

- J’ai été menacé de mort et d'emprisonnement. Je suis  notamment allé en Angleterre, où j’ai vu que la façon de diriger le pays était très différente : le roi avant moins de pouvoirs et les hommes en avaient donc plus. Même dans les journaux, là-bas, on pouvait dire ce qu’on voulait, écrire des opinions différentes sans être puni.

- Comment vos idées étaient entendues ?

- Elles se sont répandues grâce à l'augmentation des livres et journaux et aussi grâce aux discussions que j'avais dans les cafés et salons avec mes amis philosophes comme Montesquieu ou encore Diderot. Et aussi grâce à la curiosité des bourgeois.

- Qui était Jean Calas ?*

- C’était le père de Antoine Calas, je l'ai défendu pendant plusieurs années car la justice l'a emprisonné et tué à tort. Ils ont dit que c'était lui le coupable juste parce que le père n'avait pas la même religion que le fils. Et moi je trouvais que c'était injuste de juger sans avoir de preuves et de ne pas faire d'enquêtes.

- Vous êtes-vous marié ?

- Non, mais j'ai eu plusieurs femmes : j'ai rencontré Emilie du Chatelet à la campagne, c'était une brillante mathématicienne et philosophe. Après sa mort, je vivais avec ma nièce, Mme Denis.

* Consulter un bon dictionnaire ou un site certifié pour tout savoir sur l'affaire

Théo Dubois, 4e1